Pour adhérer, cliquez ici !

Actualités

PRG 94 – Nous sommes PARIS

Home » PRG National » « Le PRG ne sortira pas de la majorité à l’Assemblée », prévient Schwartzenberg

« Le PRG ne sortira pas de la majorité à l’Assemblée », prévient Schwartzenberg

INTERVIEW – Alors que Jean-Michel Baylet menace de faire sortir son parti du gouvernement et de la majorité parlementaire, le président du groupe PRG à l’Assemblée, Roger-Gérard Schwartzenberg, répond aux questions de metronews. Et il n’est pas tout à fait sur la même ligne..

01

 

Jean-Michel Baylet fait-il cavalier seul ? A la veille de l’ouverture des débats à l’Assemblée sur le budget 2015, le président du Parti radical de gauche (PRG) menace de faire sortir ses troupes du gouvernement et de la majorité « à l’Assemblée et au Sénat ». S’il se défend d’avoir ainsi lancé un ultimatum, c’est pourtant bien de cela qu’il s’agit. Car si les discussions avec Manuel Valls, qu’il doit rencontrer ce lundi soir, ne satisfont pas ses revendications, « nous prendrons nos dispositions » vendredi lors du comité directeur du parti, a-t-il répété sur BFMTV. Un avis que ne partage pas Roger-Gérard Schwartzenberg, président du groupe PRG à l’Assemblée, qui répond aux questions de metronews.
Partagez-vous les points de désaccords de Jean-Michel Baylet avec le gouvernement sur le budget 2015 ?

Nous avons quelques points de désaccord, en effet. Par exemple, sur la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu. Nous considérons qu’il est légitime d’alléger l’impôt de cette partie de la population mais qu’il faut conserver le lien civique avec l’impôt, au moins symboliquement. J’ai donc déposé un amendement proposant qu’on baisse le taux d’imposition de cette tranche à 1%. Sur la réforme territoriale, nous demandons que les conseils généraux des zones rurales soient maintenus.

 

Envisagez-vous de quitter la majorité parlementaire si ces désaccords persistent ?

Pas du tout. Nous n’avons pas de désaccord fondamental avec le gouvernement donc il n’y a aucune raison de quitter la majorité. Pour qu’il y ait rupture, il faut que ce soit sur de grands sujets, pas sur des divergences que l’on monte en épingle alors qu’on peut les résoudre par une négociation entre partenaires.

Mais Jean-Michel Baylet a l’air de considérer que vous n’auriez plus rien à faire dans cette majorité…
Rappelez-vous, il voulait rentrer au gouvernement il y a encore un mois : tout cela n’est pas d’une cohérence formidable…

 

Vous considérez donc qu’il mène cette bataille pour des raisons personnelles ?

Je ne dirais pas cela. Jean-Michel Baylet a raison de dire, par exemple, qu’il pourrait y avoir une meilleure association entre le gouvernement et sa majorité parlementaire, dont le PRG. Il faudrait notamment que la concertation intervienne en amont, avant le dépôt des textes à l’Assemblée. Mais le choc personnel de sa défaite (aux dernières sénatoriales, ndlr), n’est sûrement pas étranger à son attitude.

 

Craignez-vous que les trois ministres PRG quittent le gouvernement ?

Annick Girardin ne partira pas, c’est sûr. Thierry Braillard, je n’y crois pas non plus. S’il y en a un qui part, ce sera Syvlia Pinel, qui est la plus proche de Jean-Michel Baylet et de sa ligne politique.

 

Comment conserver un PRG uni avec des députés dans la majorité, un président de parti dissident et des ministres démissionnaires ?

Cela va être compliqué, certainement. Mais voyons déjà ce qui se passe vendredi, lors du comité directeur du parti. Jean-Michel Baylet nous dira alors ce qui s’est dit avec Manuel Valls, et la ligne qu’il adopte. Et il n’est pas du style à ne pas présenter de solution.

Metronews

Laisser une réponse

Vous êtes Enregistrer Commenter un post.

© 2013 PRG 94 – Parti Radical de Gauche du Val de Marne · RSS · Designed by Parti Radical de Gauche · Powered by PRG94